Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  
Le forum fut ouvert le 26 Mars 2010 à 14 heures
Vous pouvez trouver des personnages crées par les membres à disposition ici !
Pour voir nos <i>animations</i> et <i>sujets de groupes</i> venez ici

Partagez | 
 

 Quand notre passé revient au galop[jewel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ucucucucucuc
TitreAuteur


• Crédits : Stella
• Disponibilités : Libre
• Ton obsession : L'olympe
• Tes envies : Retrouver ma liberté
• Tu l'aimes : Je n'aime pour le moment que mes créateurs.
• Ton avatar : Gaspard Ulliel
• Messages : 30
• Tes peurs : Devenir un simple mortel.
• Secret : Je suis le fils et la création d'Héphaïstos, Apollon et Pandore, j'ai dix mille ans.


Ma vie, ma bataille
Nutrition: Je n'ais pas réellement besoin de manger, néanmoins, je mange normalement
Vos proches ou pas ?:

MessageSujet: Quand notre passé revient au galop[jewel]   Lun 19 Avr - 22:47

Caché du monde, j’observais les nuages passer doucement, j’aimais regarder les nuages ainsi, me plonger dans mes pensées, mes souvenirs. J’étais perdus dans mon passé, des souvenirs joyeux et en même temps extrêmement douloureux, des souvenirs comme l’amour. Je soupire doucement, me souvenir d’elle n’était pas très joyeux, je souffrais toujours autant après toutes ses années passés sans elle. Je sentis une douce main se poser sur mon épaule, je savais déjà qu’il s’agissait de ma mère Pandore, cette magnifique déesse qui m’avait donné la vie. Elle avait le don de ressentir les émotions et de lire dans mon esprit, elle su donc très vite à qui je pensais. Elle dit d’une voix magnifique.

« Ton destin n’était pas lié à celui de Jelina Héphaïstos, ne pense plus à elle, elle a choisi une autre voix que celle d’être à tes côtés mon fils… »

Je ne répondis pas baissant les yeux, je savais qu’elle avait raison, elle avait toujours raison. Je soupire de nouveau et elle posa un doux baiser sur mon front, elle du d’ailleurs se mettre sur la pointe des pieds. Brusquement, j’entendis des grondements dans les cieux, il était temps que je rentre sur terre. Je n’en avais aucunes envies, je voulais rester près de mes parents, je ne voulais pas retourner la ou mon cœur avait été brisé si pas celé. L’amour, une chose qui était si beau mais tellement douloureux… Je murmure de ma voix nouée de cette douce perfection que m’avait offerte les dieux.

« Je l’ais aimé comme je n’ais jamais aimé personne, je la pleure chaque jour en silence, n’arrivant à effacer son visage de ma mémoire. Maintenant, je vis avec et personne ne pourra plus jamais briser mon cœur comme elle l’a fait auparavant. Je dois y aller maman, a bientôt. »

Sans plus un mot, je reviens sur terre en silence, arrivant dans une sombre ruelle. Je ne savais que faire pour m’occuper l’esprit, cet esprit tourmenté par les années. J’entendis alors une petite fille supplier sa mère pour aller à la patinoire et cela me donna tout de suite une idée, j’allais y aller, cela m’occuperait sans aucuns doutes. Silencieusement, je me dirige vers ma cible, me remémorant ses moments passées il y a tellement longtemps avec ma promise, Jelina. Non, je devais oublier, après tous, elle devait-être morte maintenant. Une fois sur place, je paye des patins et vais dans les vestiaires pour les enfiler, quand cela fut fait, je me dirige vers la glace et commence à patiner. Je faisais cela fort bien, après trois milles ans passé sur terre, c’était normale. Je commence donc à me laisser aller, faisant le vide dans mon esprit, j’oubliais mes soucis mes problèmes, mes peines de cœur mais pas pour longtemps. Je ne vis pas la jeune femme devant moi et fonça dedans, heureusement, j’avais de bons réflexes et je la rattrape avant qu’elle ne tombe à terre. Je sourie jusqu'à voir son visage, mon visage de crispa, mes trais deviennent sombres et surpris.

« Jelina… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand notre passé revient au galop[jewel]   Lun 19 Avr - 23:25

    La vie n’est pas simple, le destin non plus et un jour les choses changent. La solitude s'installa presque naturellement autour de moi. Cela me parut si habituel que je ne cherchais pas à savoir comment cela se faisait il que ce parc, d'habitude surchargé d'hommes et de femmes, était maintenant désert. Seul le souffle du vent faisait échos à mes pas. Et je trouvais alors que je ne devais montrer aucune grâce dans ma démarche à cet instant. Et comment cela aurait il pu être le cas, j'attendais une humaine près de chez elle depuis longtemps déjà. Ce pourrait expliquer le fait que de plus en plus j'étais devenue la seule ombre entre ces arbres. Pas un bruit, sauf le murmure des feuilles dans les arbres, et les hululements d'une chouette au loin. Très loin. Pourtant, tout cela me convenait parfaitement. Je n'aimais pas vraiment m'entourer, et cela expliquer le fait que je baladais ma carcasse vide de toute compassion et gentillesse, seule, à travers le globe. Je n'avais pas était toujours ainsi. Je me souviens une époque où les soirées mondaine, et les sorties entre "amis" me rendait ivre de sensation, et d'envie. Mais tout à changer, à cause d'Eux. La vampirisation avait fait de moi la femme qui se trouvait la aujourd’hui, une femme morte, sans cœur. Il fallait bouger, sortir, et sans doute penser essayer pour fois d’être calme.

    « Il suffit d’un jour pour tout changer ma douce »

    La voix d’Alexander raisonnant encore dans mon visage. Tant de chose furent passé à l’époque de Jelina, la duchesse, la princesse, l’humaine, tant d’hommes, de rêves envolées et d’espoir. Beaucoup de personnes se dirigeais vers la patinoire aujourd’hui, cherchant un élan d’amusement dans ce sport intéressant soit dite en passant. Les suivants en cherchant une réponse, je payais l’entrée qui a mon avis fut bien trop cher. Enfin le monde ne changera pas ce soir. Ce fut une seconde nature de patiner sans soucis, la coté vampire transmettant un sens de l’équilibre parfait. Enfin presque …

    « Jelina… »

    Ce visage, ce souvenir, 210 auparavant … un instant, une pause, un regard, un message, le passé, l’humanité, un baiser, sa peau, son odeur, lui, son être, ces obligations, ses interdictions, vampire, sang, mort …


    « Héphaïstos quel plaisir de te revoir, bien que le fait que tu sois toujours la m’intrigue assez … Mais passons en réalité je me fais appeler Jewel ici. Tu n’a décidément pas changé, un peu plus mignon sans doute … Tu regarde quoi comme ça ? »


    Je sentis alors ces pensées et ses attentes. Comme beaucoup il avait du me croire morte …

    « Eh non je ne suis pas morte comme tu peux le voir, mais vu que toi non plus je devine que tu es une créature aussi surnaturel que moi n’est ce pas ? … Puisque tu va le demander je suis … un vampire. Que veut tu j’ai choisis de suivre cette idiot le soir de ma disparition et pouf »

Revenir en haut Aller en bas

ucucucucucuc
TitreAuteur


• Crédits : Stella
• Disponibilités : Libre
• Ton obsession : L'olympe
• Tes envies : Retrouver ma liberté
• Tu l'aimes : Je n'aime pour le moment que mes créateurs.
• Ton avatar : Gaspard Ulliel
• Messages : 30
• Tes peurs : Devenir un simple mortel.
• Secret : Je suis le fils et la création d'Héphaïstos, Apollon et Pandore, j'ai dix mille ans.


Ma vie, ma bataille
Nutrition: Je n'ais pas réellement besoin de manger, néanmoins, je mange normalement
Vos proches ou pas ?:

MessageSujet: Re: Quand notre passé revient au galop[jewel]   Mar 20 Avr - 0:13

Si je devais mettre un nom sur mon démon, celle qui m’avait brisé le cœur, se serait elle, Jelina, enfin, Jewel vu que c’était son nom prénom. Dire qu’elle avait faillit déclencher la colère des dieux en s’en allant, que j’avais du stopper mes parents avant qu’ils ne l’anéantissent…pour savoir que finalement, elle était devenue un vampire. Je la lâche brusquement, apparemment, me revoir ne lui faisait pas grand-chose et je trouvais cela malheureux. Je n’avais pas essayé de la charmer grâce à mes dons, non, car mon charme suprême aurait pu lui faire faire mes quatre volontés. Je l’avais réellement aimé, mais voilà le résultat, le jour de notre mariage elle s’en était allé loin de moi. Elle me dit que c’était un plaisir de me revoir, que j’étais plus mignon qu’avant, elle m’avoua être un vampire et tout le tralala. Je restais simplement muet, l’observant de haut en bas, elle était sublime je devais l’avouer. Je finis par parler, de ma voix calme et mystérieuse, j’étais plus sombre qu’avant…

« Enchanté de le savoir Jewel, voilà pourquoi tu es toujours vivante. C’est donc ce chemin que tu as décidé d’entreprendre, un chemin avec un vampire. Quelle surprise, si tu cherchais l’immortalité j’aurais pus te l’offrir… Je suis un dieu, enfin, le fils d’Héphaïstos, Apollon et de Pandore. »

Oui, si une humaine vient à se marier avec un dieu, elle devient automatiquement une déesse car tel est la décision des dieux. Je plonge mon regard dans le sien, mais je ne parle en aucun cas, je me souvenais d’elle étant humaine mais plus aucune once d’humanité ne vivait en elle… Je sentis ma tête tourner légèrement, mes doigts picotés, mes parents étaient au courant car je sentais leurs colères venir en moi. Ils devaient sûrement nous observer, ils n’avaient pas oubliés et j’avais dus promette que cela n’était pas grave pour qu’ils ne tuent pas celle que j’avais aimé autrefois le jour ou elle m’avait laissé seul devant l’église.

« Tu n’as pas changé non plus, enfin, à part ta beauté de vampire. Tu étais déjà belle avant, mais à présent, ta beauté n’a plus de mot. »

J’essayais de me montrer totalement neutre devant elle quand un grondement sonore rempli la pièce, quelques minutes avant il faisait beau dehors maintenant il drachait et j’en étais la cause…J’étais en colère et en même temps bouleversé, les éléments s’en ressentaient. Je tourne la tête vers la fenêtre et quelques secondes plus tard, il faisait de nouveau tous soleil. Voilà deux cent di ans que je ne l’avais plus vue, j’étais surpris de voir que mes sentiments envers elle avaient toujours été présents. Malheureusement, cela faisait plus de mal que de bien, je décidais donc de mettre un terme à cette rencontre assez sèchement.

« Reprend ton chemin et moi le miens, puisque tu en as décidé ainsi autrefois…Au revoir Jewel ! »

Oui, j’étais quelqu’un de très rancunier malheureusement, mais je souffrais tellement depuis de nombreuses années que cela ne m’aidais pas à lui pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand notre passé revient au galop[jewel]   Mar 20 Avr - 10:51

    Je ne pouvais nier qu’à l’époque j’avais apprécié sa compagnie. Il était un homme charmant et intelligent, mais Charles avait quelques choses de plus, j’avais compris après qu’il avait usé de ces talents vampirique pour faire de moi une des siennes. Aimer un coté si mystérieux offrait quelques choses évidemment, mais il avait fait ce qu’il voulait de moi, et le suivre ne fut pas totalement volontaire puisque j’avais causé sa mort quelques heures après d’une force violente et cruelle. A l’époque j’étais sans aucun doute la douceur en personne, d’une bonté incroyable cherchant par tout les moyens à sauver le monde, une issue pour aider et offrit un peu de soleil dans les tristes jours d’hiver. Bien le contraire d’aujourd’hui. Il y a quelques années j’avais regretté tout ça et de ne pas avoir fait mon devoir de duchesse. Mais je refuser de le faire, épouser un homme que l’on ne connait pas juste par coutume, je souhaiter comme beaucoup de femme être profondément amoureuse de lui. Je sentis une telle peur et une sorte de mélancolie profonde dans son regard et dans sa voix, il me haïssait comme la peste, comme la femme qui avait fuie le jour d’un commencement. Le retrouver aurait été fou, trop instable pour ne pas le tuer, trop dur d’affronter ce que j’étais, et oui je m’étais détester et maudite. Et ignorant la vérité je l’avais cru mort, comme il aurait du l’être s’il n’était pas un dieu.

    « Tu crois vraiment que c’est ce que je voulais l’immortalité, je chercher juste à être heureuse et j’ignorais sa condition, d’ailleurs si sa peut te rassurer je l’ai tué, après qu’il a décidé de jouer au plus malin avec moi … Et tu peux me parler, tu m’as menti toi, tu n’a jamais omis ton coté dieux mon cher … »

    C’était tout de même étrange, j’avais tant voulut l’aimer mais il était d’un mystère Implacable Et comme tout le monde j’avais eu peur. Mais les choses semblaient si loin, et nous étions bien différent, la douce Jewel s’existait malheureusement plus, elle était morte au fond de moi, caché à jamais dans un coté sombre de mon être.

    « Merci. Je vois bien que tu me regarde et ce que tu pense, je sens bien que tu me déteste. Et c’est normal bien sur … Qui ne détesterais pas, celle qui l’a laissé, mais soyons réaliste, c’était un mariage forcé, nous avions 18 ans, enfin moi et j’avais du te voir deux fois, pourquoi regretter ça ? Te dire non je ne t’aimais pas serait faux, mais c’était trop tôt »

    Je sentis une sorte d’atmosphère malsaine autour de nous, je compris vite les forces de sa famille, dans le sien. Levant les yeux et ne pouvant empêcher un large sourire.

    « Ne parle pas comme si j’étais l’unique coupable. Et tu diras à ta cher mère de ne pas trop me chercher … Si tu tiens réellement à partir, je ne dirais qu’au plaisir mon ange »

    Allusions réellement à l’’époque ou je le découvrais et l’appeler ainsi et au fond bien réelle cet ange.
Revenir en haut Aller en bas

ucucucucucuc
TitreAuteur


• Crédits : Stella
• Disponibilités : Libre
• Ton obsession : L'olympe
• Tes envies : Retrouver ma liberté
• Tu l'aimes : Je n'aime pour le moment que mes créateurs.
• Ton avatar : Gaspard Ulliel
• Messages : 30
• Tes peurs : Devenir un simple mortel.
• Secret : Je suis le fils et la création d'Héphaïstos, Apollon et Pandore, j'ai dix mille ans.


Ma vie, ma bataille
Nutrition: Je n'ais pas réellement besoin de manger, néanmoins, je mange normalement
Vos proches ou pas ?:

MessageSujet: Re: Quand notre passé revient au galop[jewel]   Mar 20 Avr - 18:03

Je la haïssais et je l’aimais en même temps, un amour profond et en même temps tellement douloureux, cet amour dont je me serais bien passé ! Oui, pourquoi avais-je désobéis à mes parents en voulant l’épouser. Ben voilà, j’avais fais la pire connerie de ma vie simplement ! Etre heureuse…Elle aurait pu l’être avec moi, malheureusement, elle n’avait même pas essayé de l’être. Oui, je lui avais menti sur ma condition, mais je devais suivre les règles, je ne pouvais dévoiler qui j’étais sauf une fois que je serais unis à ma femme…Donc, j’attendais simplement d’être marié à la fille que j’aimais pour lui avouer ma nature, mais, elle, n’avait pas attendu jusque la. En se qui concernait le faite qu’elle l’ai tué, je n’en étais pas rassuré, après tous, la mort n’était pas une réjouissance loin de la.

« Penses-tu que cela marche ainsi Jewel, je ne pouvais te révéler ma vraie nature…pas avant que nous soyons unis, je n’en avais pas le pouvoir. Je suis déjà à peine accepté dans l’olympe, alors, je dois suivre les règles. Je ne me réjouis pas de la mort, loin de la, mais que tu l’aille tuer ne me fais ni chaud ni froid ! »

J’écoutais ses paroles avec dégout, pour voir si elle mentait, je copie ses pouvoirs pour voir en elle, ressentir se qu’elle ressentait et se fut immédiat. Elle ne mentait pas…Alors, si elle m’aimait, pourquoi être partie ainsi avec un étranger au mystère sombre et étrange. Je n’en avais aucunes idées, après tous, la vie était ainsi faite et elle, elle avait brisé mon existence sur une seule journée. Je soupire tristement, pourquoi ne pouvais-je pas ne rien ressentir, cela aurait été tellement plus facile, tellement plus beau. J’étais un dieu et je souffrais comme un simple mortel… Je plonge mes yeux dans les siens et dis calmement et mystérieusement.

« Moi, je t’aimais, je t’avais longuement observé et pour toi j’aurais pu abandonner mon immortalité…Tu avais dix huit ans, j’en avais neuf mille, car oui, j’ai dix mille ans…tu étais la première femme que j’aimais et tu seras la dernière. »

Je l’entends menacer ma mère chose qui me fis bien rire, je me mis à rire à l’éclat, comment osait-elle penser être à la hauteur face à une déesse et deux dieux…Voilà qui était bien insolent de sa part, elle aurait pu mourir du jour au lendemain si je n’avais pas été la pour la protéger le jour de sa fuite. Je lève les yeux au ciel, mais quand elle nomma son ange, je me crispe. Personne ne m’avait jamais nommé ainsi sauf elle, je ne voulais plus jamais entendre ce surnom qui me faisais souffrir.

« Penses-tu avoir encore le droit de me nommer ainsi Jewel, je ne suis plus ton ange…En se qui concerne ma mère, désolé, mais tu ne fais en aucun cas le poids face à trois dieux et à moi-même. Les dieux eux même me redoutent et veulent ma mort, crois-tu que je sois sur terre pour rien… »

Oui, les dieux avaient peurs de cette puissance qui coulait dans mes veines, je n’étais fais que de ca, de magie et d’amour, de mystère et d’obscurité… Je m’approche alors d’elle et pose une main sur sa joue, je sourie avec amusement et approcha mon visage du siens pour aller murmurer à son oreille.

« Pour moi, tu resteras toujours Jelina…et non jewel ma princesse. »

A ces mots, je pose un baiser sur ses lèvres avant de m’éloigner pour aller m’assoir sur un banc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand notre passé revient au galop[jewel]   Mar 20 Avr - 22:13

    1800.

    La duchesse Jelina d'Anderson elle est tout ce qu’une femme doit être, elle est d’une beauté et d’une grâce incomparable, elle parle plusieurs langues, lit et sait écrire. Elle est brillante et c’est tout à fait se tenir en société. Elle est à elle seule, la convoitise de bien des hommes. Mais Jelina reste une jeune femme comme beaucoup, rêvant un jour de décrocher le grand amour. Naître dans les plus grandes familles impose des règles. Les parents de Jelina on un avenir bien tracée pour le jeune princesse. Elle épousera Héphaïstos, un homme brillant et bon sous tout rapport. Leur première rencontre aura lieu ce soir. La salle est pleine, les gens dansent gaiment, surmontant les malheurs de la vie de tout les jours, en espérant que demain ils ne seraient pas la. Jelina toujours aussi élégante arrive en compagnie de sa famille, annoncée par Bart Jones le majordome de la soirée. Comme pour chaque apparition, les yeux se tournent sur eux. Tentant de garder son calme elle avance.

    HEPHAISTOS : Miss Jelina, vous êtes encore plus belles que ce que les gens disent.
    MISS JELINA : Je vous en remercie.

    Forcée elle passa sans bronchée la soirée avec lui, ne lui trouvant alors aucun intérêt, bien que gentil, elle ne l’aime pas et ne voit rien en lui qui pourrait la rendre heureuse. Bart, le majordome avec qui elle apprécier la compagnie, devint alors arrogant et insupportable, tentant de mettre la jeune femme au sein de ces draps. Il arrive même qu’il soit grossier avec elle, mais elle ne peut rien dire, l’honneur d’une famille semble en jeu, et accuser son majordome ridicule n'est il pas ? Et dans ce coté triste, elle était perdu Héphaïstos et son sourire . Et pourtant … quelqu’un d’autre existe. Il se nomme Charles, il est d’une famille plus pauvre que la sienne, et pourtant il y a quelques choses dans son regard qui la captive, passionner d’art, il fait battre son cœur, lui promettant mont et merveilleux.

    CHARLES : Viens avec moi Jelina, et je jure de t’aimer pour l’éternité.

    2010.

    La naïveté ajoutée d’un soupçon de crédulité. Il est vrai qu’aimer était étrange. A l’époque je ne fus qu’une femme, une enfant dans un sens, découvrant le monde. Et Héphaïstos, était tout ce qu’une femme chercher réellement. Mais il y avait tant de mystère et de peur à l’idée d’épouser un homme inconnu. Et désormais les choses avaient changé, je n’avais peur de rien et de personnes, je ne créer ni les humains, ni les vampires, sorcières ou autres espèces et ni les dieux. J’écoutais ses discours sans rien dire, d’un air attentif et sérieux.

    « Je me doute bien que tu t’en fiche, puisque moi aussi. Je n’étais pas un jouer ou le prix d’une tombola, il a joué et perdu. Les règles … elles n’existent que pour être bruler »


    Alors premièrement il était un dieu, deuxièment il semblait en souffrir de mon état et du passé qui nous relier, troisièment, il me détestait autant qu’il m’aimer.


    « Il suffisait juste de me le dire, je n’ai jamais rien cherché de magique dans ma vie. Je voulais juste être normal et ne pas suivre les règles stupide que les femmes devaient suivre à l’époque »


    Mes parents avaient cru à quelques choses pour moi. Ils auraient tout donné pour moi je le savais. Et moi je voulais juste qu’il me laisse faire mes choix comme les gommes pouvaient le faire. Comme tout le monde.

    « Je n’ai peur de rien et tu le sais, et s’il voulait ma mort il l’aurait fait depuis longtemps. Je sais me défendre ne t’en fais pas trop pour moi. Et après tout je suis déjà morte non ? »

    Jelina, il y a des lustres que je n’avais entendu ce nom, cette désignation à mon égard. Il m’arrivait de lire les livres d’histoire comptant mon histoire, bien que parfois si différentes.

    « Princesse, je n’étais que duchesse mon cher » puis tout devint diffèrent et je sentis une douce pression sur mes lèvres. Je réalisais qu’il m’eut embrassé. Pour s’assoir sur un banc un peu plus loin et quelques microsecondes après je fus a ses cotés. « C’était quoi ça ? Un infime espoir ? Pourquoi dont dit moi, un moment avec moi pour te voir mourir par tes chers amis la haut ? »
Revenir en haut Aller en bas

ucucucucucuc
TitreAuteur


• Crédits : Stella
• Disponibilités : Libre
• Ton obsession : L'olympe
• Tes envies : Retrouver ma liberté
• Tu l'aimes : Je n'aime pour le moment que mes créateurs.
• Ton avatar : Gaspard Ulliel
• Messages : 30
• Tes peurs : Devenir un simple mortel.
• Secret : Je suis le fils et la création d'Héphaïstos, Apollon et Pandore, j'ai dix mille ans.


Ma vie, ma bataille
Nutrition: Je n'ais pas réellement besoin de manger, néanmoins, je mange normalement
Vos proches ou pas ?:

MessageSujet: Re: Quand notre passé revient au galop[jewel]   Jeu 22 Avr - 16:58

1800

Debout devant l’assemblé des dieux et déesses de l’olympe, un jeune homme au grand charme se tenait immobile comme une statue. Le silence régnait dans les cieux, pas un bruit, pas de murmures, juste des regards pensant posé sur lui, lui qui avait enfreint une règle qui lui avait été posé. Au milieu de cet assemblé, posé comme un roi, le roi de l’univers se tenait Zeus, dieu de tous les dieux. Les poings serrés, il observait ce jeune homme du nom d’Héphaïstos Apollon Pandore, fils de trois dieux qui l’avaient crée grâce à la magie et l’amour. Le jeune homme en question prit alors la parole, plongeant ses yeux dans ceux du dieu, affrontant sa colère sans peur, sans crainte.

« Je l’aime…Je sais que vous ne m’avez pas envoyé sur terre pour cela, mais j’ai découvert ce nouveau sentiment grâce à elle, je ne veux nullement la perdre… »

Zeus observa Héphaïstos ainsi que ses créateurs, une once de pitié passa sur son visage, car il savait que trop bien que l’amour faisait des ravages. Il sentait la peine qu’éprouvait ce jeune homme qu’il avait autrefois voulu anéantir par crainte de ses pouvoirs, au fond, il se rendait compte que même lui pouvait prouver des sentiments. Il prit alors la parole.



« Elle t’a abandonné Héphaïstos, elle n’était pas digne de toi, tu as faillis l’épouser malgré notre interdiction et pour cela elle doit payer sa trahison… »Le jeune homme se crispa brusquement, le cœur battant, brisé, il n’avait pas oublié ce jour ou seul il l’avait attendu devant l’hôtel toute une journée et toute une nuit. Il sentit les larmes monter dans ses yeux, rouler sur sa joue, il avait tellement mal que cette souffrance était la pire des punitions pour lui.

« Elle ne sait rien de mon statut Zeus, mes parents pourront témoigner, je n’ais enfreins aucune loi. Laisse lui la vie, je t’implore, anéanti moi mais pas elle… »

2010

Je me souvenais de ce moment comme si c’était hier, j’avais faillis mourir ce jour la mais il me fit jurer de je plus jamais m’approcher de mon aimer sous peine de perdre ma vie. Je venais donc de poser un baiser sur ses lèvres, j’avais juste voulu gouter une dernière fois à se que j’avais tans aimé. Assis sur un banc, je l’écoute me parler et je plonge mes yeux dans les siens, je sourie avec amusement cette fois c’était moi qui l’avait surprise et j’en étais fière. Pourquoi risquer ma vie pour un simple moment passé avec elle ? Je n’en avais aucune idée, peut-être parce que je n’avais jamais pu l’oublier, que maintenant qu’elle était immortelle, je savais qu’elle ne serait jamais loin. Néanmoins, je savais aussi qu’une menace planait à présent sur moi, dés que les dieux apprendront mon erreur, ils ne seront pas aussi cléments qu’autrefois.

« Pourquoi cherches-tu des réponses à des choses sans importances Jewel, si je meurs, je meurs cela ne me feras rien dans un sens. Je retournerais la d’où je viens, donc, du néant simplement. Certes, je t’ais aimé et je ne cache pas que je t’aimerais surement toujours, car tel est mon destin. Puis, ma mort ne t’affectera nullement, puisque autrefois tu es partie en me condamnant. »

Je n’avais pas dis cela avec méchanceté, loin de la, juste avec une certaine tristesse dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand notre passé revient au galop[jewel]   Sam 24 Avr - 0:15

    « Ne jamais oublier, je n’oublierais jamais » c’était l’une des choses que je m’étais promise. Cela pouvait paraître étrange mais je souhaitais réellement ne pas oublié, que ce soit l’humanité ou alors les débuts dans ce nouveau monde, ce fut sans doute l’une des raisons qui m’eurent poussé à commencer à écrire un journal. J’en tenais un depuis 210 années exactement, commençant à réalisé que ce fut peu à coté de a vieillesse d’autres vampires ou autres espèces que le montre connus. En réalité la vie si simple que j’avais toujours eu a sensation de connaitre se stoppa dès que je compris pour le coté vampirique de Charles, mais que je compris sa manipulation envers moi. En effet les vampires posséder un don, une sorte de pouvoir magique, différent selon les êtres et plus ou moins variables, vitesse, force, courage, transmission de pensée, la peur contrôler, j’avais la chance de lire les pensées, de comprendre et de moi aussi en un regard pouvoir changer les choses, une sorte de persuasion et bien sur une vitesse dépassant toutes les limites. Je pouvais en une seconde parcourir plus de mètres que n’importe qui. Ce fut sans aucun doute ce que je préférer, sentir le vent dans ses cheveux et pouvoir tout admirer du haut. Souvent je grimpais dans les arbres, cherchant une réponse dans un moment de solitude jusqu'à ce que je trouve un humain si alléchant que je sautais et le tuer sans pitié.

    En 210 ans, bien des gens furent meurt, maladies, mort soudaines, mort volontaires, accident, meurtres, crimes et phénomène étranges. C’était la en quelques sortes que j’agissais, dans toutes ces morts, je ne les comptais pas jamais, et j’oublié souvent leur visage, mais jamais le son de leur voix quand je plantais mes crocs dans leurs chairs ; c’était l’un des son qui faisait parties de la femme que j’étais comme le son de sa voix.


    « Pourquoi me poser une t’elle question ? Et pourquoi rester la à me parler si tu ne veux plus me voir ? Je n’ai rien demandé et je ne t’ai jamais demander de m’embrasser comme tu la fais précédemment. Pourquoi m’embrasser et me regarder ainsi si tu n’éprouver que de l’indifférence ? »


    Une touche de sincérité suivit d’une mélancolie profonde. Et de nos visages de plus en plus près.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

ucucucucucuc
TitreAuteur


• Crédits : Stella
• Disponibilités : Libre
• Ton obsession : L'olympe
• Tes envies : Retrouver ma liberté
• Tu l'aimes : Je n'aime pour le moment que mes créateurs.
• Ton avatar : Gaspard Ulliel
• Messages : 30
• Tes peurs : Devenir un simple mortel.
• Secret : Je suis le fils et la création d'Héphaïstos, Apollon et Pandore, j'ai dix mille ans.


Ma vie, ma bataille
Nutrition: Je n'ais pas réellement besoin de manger, néanmoins, je mange normalement
Vos proches ou pas ?:

MessageSujet: Re: Quand notre passé revient au galop[jewel]   Mar 27 Avr - 20:01

De l’indifférence ? Je ne pourrais jamais éprouver de l’indifférence pour elle, je venais simplement de m’en rendre compte et cela me faisais beaucoup de male dans un sens. Je soupire à ses paroles, nos visages étaient de plus en plus près l’un de l’autre, comme si nous étions attirés l’un vers l’autre, une sorte d’attraction. Je ne répondis rien du tout sur le faite, je me contentais de l’observer péniblement, plongeant mon regard dans le siens comme j’aimais tellement le faire autrefois. Je finis par poser calmement ma main sur sa joue, je ne pouvais imaginer que la femme que j’avais autrefois aimée était morte pour laisser place à un monstre de la nuit. Malheureusement, cela était réelle, nous étions forts différent mais je ne voulais en aucuns cas penser à ca maintenant, je voulais juste sentir sa peau sous ma main chaude. Je finis par dire dans un murmure doux et calme en même temps, un murmure qu’elle seule pouvait entendre.

« Je n’éprouve pas que de l’indifférence à ton égard tu devrais le savoir Jewel, je ne pourrais jamais éprouver de l’indifférence pour toi. Je suis juste déçu de savoir que la femme que j’avais autrefois aimé, à laissé place à une femme que je ne connais nullement. Je ne sais pas se que j’ai mais je dois avouer que te savoir en vie me donne l’envie d’être à tes côtés comme autrefois, pourtant, je sais que les dieux ne sont nullement de mon côtés…mais ne suis-je pas maitre de mon destin ? »

Je sourie légèrement à la jeune femme devant moi, puis, je finis par poser mes lèvres sur son front avec une douceur dont moi seul avais le secret. Ensuite je passe une main dans ses cheveux, elle n’avait plus la même odeur. Avant, elle sentait le Lila mélangé à une légère odeur de rose, une odeur que j’aimais sentir quand elle était à mes côtés. Aujourd’hui, elle sentait simplement la mort, une odeur que je n’appréciais guère mais qui ne me dérangeais pas pour autant. Je me remémorais les moments passés à ses cotés, des moments inoubliables en quelque sorte, mais une étrange mélancolie m’enveloppa et je préférais oublier et me focaliser sur autre chose.

« Tu viens ? »

A ses mots je me lève pour me retrouver une nouvelle fois sur mes patins, après tous, j’étais ici pour patiner et non rester assis sur un banc à me taper une déprime avec la femme qu’autrefois j’avais aimé. Je sourie doucement à Jewel et lui tend la main avec calme et délicatesse, je ne voulais plus parler du passé, cela me perturbais de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand notre passé revient au galop[jewel]   Mar 4 Mai - 10:30

    je te répond dans la journée puce
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand notre passé revient au galop[jewel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand notre passé revient au galop[jewel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fell's Church city :: Fell's Church entertainment :: La patinoire-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit